• Qui est Loup Blaster ?

      Loup Blaster, de Calais à Londres en passant par Google

      Pour l’état-civil, elle est Louise Druelle et elle est calaisienne. Dans le milieu de l’image, de l’animation et du cinéma, elle est Loup Blaster, un nom qui commence à s’imposer. En janvier 2013, elle évoquait son parcours, ses envies, la fin de ses études. Deux années plus tard, elle a parcouru suffisamment de chemin pour que son travail intéresse le géant américain de l’internet, Google. Une ligne de plus sur un CV déjà bien rempli.

      L’artiste calaisienne est retournée dans la ville qui l’a vue grandir pour documenter le sort des migrants. Dans sa BD Un An à Calais, elle raconte en images le quotidien de ces hommes et femmes venus d’Erythrée, de Syrie ou du Soudan, aux côtés desquels elle a passé une année. Finaliste du concours APAJ, organisé par L’Association pour l’aide aux jeunes auteurs et Libération, Louise Druelle livre ici un émouvant -et souvent révoltant- reportage dessiné.
    • Le chemin de l'exposition ?

      07 octobre 2016 à Forcalquier à l'occasion de la venue du groupe Bejarano & Microphone Mafia - Forcalquier Espace Culturel Bonne Fontaine

      Tout public et scolaire ont pu voir l'expo installée dans le hall de la salle de spectacle.

      Le groupe est composé de rappeurs, et d'Esther Bejarano, une vieille dame de 92 ans qui a survécu au camps de concentration. Ce projet est né de son envie de chanter pour la paix et de garder le souvenir du pire.

      - Scolaires : 90 collégiens

      Les professeurs ont été réticents au départ, car le projet rentrait dans le programme de la seconde guerre mondiale.

      Nous avions initialement prévu d'accueillir l'exposition sur le camp des Milles.

      Après réflexion, ils ont accepté de faire visiter aussi "Un an à Calais". Et la parallèle sur la notion d'enfermement a été très clair.

      Les enseignants on finalement joué le jeu et ont eux mêmes été touchés par cet écho dérangeant.

      Pour les collégiens, le format reportage dessiné et un bon support pour les rendre réceptifs.

      - Tout public : 300 personnes

      L'expo était dans le hall, où le repas été prévu avant le concert - les gens ont pu découvrir le travail de Louise - juste après un débat sur la situation des migrants et la question de l'accueil en France.

      26 novembre 2016 à Forcalquier à l'occasion du concert de Yor "Je suis parce que nous sommes" - Forcalquier Espace Culturel Bonne Fontaine

      - Tout public : 150 personnes

      L'expo était de nouveau dans le hall, où le repas été prévu avant et après le concert.

      Elle était accompagnée d'une autre exposition explicative sur la question des frontières, de la répression et aussi d'histoires locales solidarité durant la seconde guerre mondiale.

      26 avril 2017 à Forcalquier à l'occasion du Cabaret Migratoire - Forcalquier La Cîmenterie

      - Tout public : 250 personnes

      L'expo était dans un espace chaleureux, avec au milieu, une grande table avec les infos des différents réseaux de soutien du territoire, et un panneau de besoins où les gens pouvaient se proposer pour de l'accueil, des trajets, des dons …

      À chacun des moments, les personnes étaient touchées à la découverte du travail de Louise. Nous étions quelques uns à pouvoir raconter sa démarche et commenter les panneaux.